International

Liberia : George Weah suspend un ministre accusé de raviver les divisions ethniques

Le président libérien George Weah a suspendu lundi son vice-ministre chargé de la presse, accusé de raviver les tensions ethniques à un mois d’une grande manifestation de l’opposition dans ce pays d’Afrique de l’Ouest hanté par une guerre civile (1989-2003) qui a fait quelque 250 000 morts.

George Weah et son gouvernement « restent engagés en faveur de la politique « un pays, un peuple », avec une tolérance zéro pour les politiques de divisions ou de tribalisme », indique un communiqué de la présidence annonçant la « suspension avec effet immédiat » du vice-ministre chargé de la Presse et des Affaires publiques, Eugene Fahngon.

Georges Weah au pouvoir depuis 2018, est seulement le deuxième président de la plus ancienne république d’Afrique à ne pas appartenir à l’élite « américano-libérienne » –dite Congo– descendante d’esclaves affranchis qui y domine la vie politique depuis 170 ans.

AFP

Tags

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close